16 décembre 2017

Retrouve l’essence de ton âme d’enfant

 
Des Noëls de mon enfance, je retiens le goût des choses simples. Chaque année, je partais pour quinze jours de bonheur au château de My dans les Ardennes Belge. Je garde en mémoire, les cris d’euphorie des copains, la fabrication artisanale de nos surprises, l’odeur du chocolat chaud, les senteurs des biscuits qui mitonnent dans le four. La forêt de sapins saupoudré de flocons de neige et les lumières qui scintillent sur un ciel étoilé. Rien n’était plus magique que ces jours d’attente à préparer Noël ! Je m'amusais dans la neige, on fabriquait de la joie avec des petits riens.

© Christiane Désir

Aujourd’hui, les gens se pressent, se hâtent, s’énervent… Noël ! Le calvaire ! Choisir les cadeaux de chacun, devoir se taper la ville et les embouteillages, faire son menu tout cela en esquivant la critique des maussades. Chaque année, on nous annonce sur les médias, l’augmentation des retours et échanges des cadeaux. On imagine la joie, et au final c’est l’inverse ! La magie des fêtes a disparue. C’est une fête commerciale, basta !

ALIGNE TES VALEURS
Reste maître de tes choix et arrête de blâmer cette société, dans laquelle nous participons tous activement ! Savoure ces moments entre amis, famille... Pas besoin d’offrir le dernier iPhone pour faire plaisir. Nulle nécessité de préparer des menus de folies, du champagne à gogo pour faire bobo… du blink blink pour faire genre ! Ceux qui critiqueront ta soirée ne sont pas dignes d’être invités... Invite tes amis qui te sont chers et Respire...
(...)
0 commentaires
08 décembre 2017

L'essayiste #2

 
Mon cycle me chatouille l’oreille : « Rentre petite abeille, rentre ».
À petits pas, un peu perplexe... Je sens, j’entends, le doux appel de mes émotions primitives. Lorsque je ferme les yeux. Je danse, j’éclate de rire, les bras en V au-dessus de mon corps libre de toute forme de civilisation. Je suis moi, je suis nature, je suis sauvage.

Un papillon se pose sur moi et me dit : Prend garde, quelqu’un vient ! Il veut éteindre ta flamme et te rendre flemme. Cette flemme zombifiante qui te joue merveille à la téloche. Ce soir, ça va se savoir ! Tu vas devenir scandaleusement riche et affreusement pauvre ! Pauvre d’idée, pauvre d’action, pauvre d’amour, pauvre toujours... 

Papillon, toi qui vois clair, dit moi... 
Pourquoi certains terriens, sans que nous en ayons foi, nous soufflent nos idées, nous disent qui admirer, et qui mépriser, les argotismes à glisser dans la conversation, les blagues censées nous faire rire ? 

Regarde dans le ciel, les boutons magiques tourner, tourner… des voix remplissent l’espace, l’impitoyable marche en avant ne s’arrête jamais.

Mais, mais… tout le monde le fait et ils ont l’air d’aimer cela, ils sont heureux sur le Network. Je vois des femmes et des hommes partager leurs bonheurs. Ils aiment la vie, ils sourient, ils s’amusent comme dans les films. C’est peut-être moi qui suis malade, tu sais, ce fameux burn-out, la dépression. Remettre toujours tout en question. Ne plus voir que l’invariable obscénité grasse et visqueuse, cette gentillesse manipulatrice destructrice de création ! Ne plus croire ce que l’on me dit, ce que l’on me montre. Je suis écœurée et je vomis cette société !

Mais le papillon se met à rire de toutes ces ailes et me chuchote à l’oreille : 
Rentre chez toi et écoute cette petite voix, elle est tienne. Je t’ai connue enfant, tu dansais, tu parlais aux objets, tu animais ton propre monde ! Nul besoin de personne pour créer ton univers ! Alors, crée, et ton univers sera vaste ! Danse, rit aux larmes et surtout rentre chez toi ! Transmets ton âme à l’aube du jour, aux quatre vents, à l’odeur de la pluie et elle ruissellera le long de la rivière insoumise.

Auteure © Christiane Désir
(...)
0 commentaires
02 novembre 2017

L'essayiste #1

 
Je tiens à ce que toi qui me lis saches précisément qui je suis, où je suis et ce que j'ai à l'esprit. J'aimerais que tu comprennes ce que tu as devant toi. Tu as devant toi une femme qui depuis un certain temps, se sent radicalement en marge de la plupart des idées qui semblent intéresser les gens. Tu as devant toi une femme qui à un moment donné, a égaré le peu de foi qu’elle avait dans le contrat social, dans le majestueux modèle de l’entreprise humaine. Je ferais mieux de te dire où je me trouve et pourquoi.


Je me trouve à Bruxelles, il est midi et déjà je m’enfonce dans les méandres de mon fauteuil, réconfort absolument chaotique, mélange de satisfaction et d’inconfort, contraste subtil de mon désordre intérieur. Ce que je traverse et finis par accepter, l’insignifiance de l’expérience. C’est ce que tout habitant de la planète doit accepter dans l’absolu, car rien ne semble avoir de sens. Il existe un endroit au-delà du bien et du mal et c'est là que j'aimerais te trouver, me trouver, nous retrouver...
Nous sommes libres de vouloir, savoir, pouvoir et croire à un monde en transition. Nous sommes libres de pleurer, de rire et chanter l’indifférence générale. Répandons l’amour, la joie, l’espoir. L’espoir de se cultiver, de remettre sans cesse nos certitudes en question. Acceptons nos faiblesses avec ivresse et sagesse pour enfin pouvoir avancer d’un pas de côté.

Auteure © Christiane Désir
(...)
1 commentaires
26 juillet 2017

Workshop « Jugaad » 

 
Ingéniosité & Innovation, deux I qui ne s’achètent pas ! Et si on faisait mieux avec moins ? C’est ça l’esprit Jugaad. Seras-tu le nouveau MacGyver de la récup ? Pour le savoir une seule date à retenir... Le 15 août dans le magnifique parc de l’Abbaye de Forest à Bruxelles en compagnie des Germineuses. Quatre gonzesses qui savent que pour sauver notre belle planète, il va falloir se retrousser les manches, et montrer tout ce que l’on a dans les tripes ! Au programme : musique live, ateliers et animations, nourriture et boissons 100 % belges.

© Christiane Désir
Si les portes de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l'homme telle qu'elle est, infinie I William Blake

(...)
0 commentaires
13 mars 2017

La culture sur butte

 
Les cultures en terrasses, pratiquées depuis des millénaires, étaient déjà des cultures sur buttes, drainées et aérées par des murets de pierres sèches, elle constituait de jolis refuges pour les auxiliaires de jardin (crapauds, serpents, insectes). 

LES AVANTAGES 
La culture sur butte augmente la santé des plantes cultivées par la stimulation de la vie du sol, quel que soit son type : argileux, sablo-limoneux ou autre. Ces qualités sont dues d’une part à la meilleure aération, en fournissant de l’oxygène aux micro-organismes et en évacuant le CO2 résultant de la respiration et d’autre part à l’augmentation de l’épaisseur de bonne terre. La structure grumeleuse du sol se maintient plus facilement, la vie s’y développe bien l’eau y pénètre aisément, les surplus sont drainés par les allées et s’enfoncent profondément dans le sol. Les racines des plantes sont protégées des excès d’humidité et l’eau excédentaire remontera par capillarité, pour abreuver les végétaux.
N’OUBLIE PAS 
Tout travail du sol a des répercussions sur la vie de celui-ci et sur son fonctionnement : en conséquence, le mieux est de le travailler le plus légèrement et le moins souvent possible ;)
(...)
0 commentaires
24 février 2017

Orgie légumière

 
Je te propose aujourd’hui de créer de la biodiversité dans ton jardin à manger. Je vois souvent des carrés potagers dénués de sens, un plant tirant la tronche, seul livré à lui-même. Imagine-toi au milieu du désert, seul… Avec qui vas-tu discuter ? C’est bien plus sympa à deux, trois… plus de vie, plus d’amour, plus de partage ! 


CRÉE UNE TEUF D’ENFER LÉGUMIÈRE
En observant la nature et en organisant les choses correctement tu te rendras compte que les plantes n’ont pas les mêmes besoins. Certaines ont besoin de soleil, d’autres d’ombres. Sous la surface du sol le schéma est identique, certaines espèces captent leur nourriture à la surface, d’autres profondément dans le sous-sol, certaines remontent même des nutriments pour leurs compagnes. Tu peux t’amuser avec le temps et l’espace : en plantant certaines espèces en même temps, mais qui produiront dans des échéances différentes. Genre carotte, radis… des salades dans les interstices… 

(...)
2 commentaires
 

Textes, images et vidéos par Christiane Désir. Sous licence "CC" Creative Commons - Attribution-NoCommerciale-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0).

Original Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff